Temps de lecture : 7 minutes

Les maisons et les devantures des magasins se parent des traditionnelles décorations. Nous nous affairons toutes et tous aux quatre coins des villes et villages pour trouver les cadeaux. Dans les foyers, le menu du réveillon s’esquisse.

Noël arrive à grand pas. Hélas, convivialité et féérie riment bien trop souvent avec excès et gaspillage. Cette année, nous vous invitons à réinventer le menu de Noël pour proposer à vos convives un repas de fêtes à moindre impact sur l’environnement. De l’apéritif au dessert, en passant par les boissons, la vaisselle, la décoration de la table et la gestion des restes, en route vers un festin gourmand et écologique !

Constat : quel est l’impact environnemental du repas de Noël ?

Avant de vous délivrer notre menu de fêtes écoresponsable, laissez-nous vous rappeler quelque peu l’impact du repas de Noël sur notre environnement.

Les fêtes sont souvent caractérisées par de grands repas, ou tout le monde mange et mange trop. La surconsommation de viande et le gaspillage alimentaire sont courants. Les mets traditionnellement consommés tels que le foie gras, le saumon fumé ou les fruits exotiques ont un impact qui n’est pas des moindres.

communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.2
Photo : Ibrahim Munir

Prenons le foie gras par exemple, sujet qui créé d’intenses débats dans notre pays.  Il nous est difficile de renoncer à cette tradition. Pourtant, le foie gras dont le gavage animal est interdit chez bons nombres de nos voisins en raison de la souffrance imposée aux oies et aux canards, devrait clairement être banni de nos menus de fête.

En France, le gavage est obligatoire pour obtenir l’appellation foie gras (art. L. 654-27-1 du code rural). Il est pourtant illégal au regard de la réglementation européenne. La France est le premier producteur de foie gras avec près des 2/3 de la production mondiale. En 2018, plus de 30 millions de canards et 256 000 oies ont été gavés pour produire du foie gras.

Passons maintenant à la bûche qui figure dans le top 3 des produits préférés des français pour les fêtes de Noël. Et plus particulièrement celle au chocolat. Saviez-vous que la France était le quatrième pays consommateur de chocolat au monde ? Jusqu’à 40 000 tonnes sont dégustées pendant les fêtes de fin d’année. Ce chocolat entraîne souvent des problématiques éthiques et écologiques. Selon l’Unicef, 300 000 enfants travaillent dans des exploitations de cacao en Afrique de l’Ouest. Mais ce n’est pas tout, selon l’organisme Nature Conservancy, il faut 17 000 litres d’eau pour produire 1 kilo de chocolat. Cela fait peser le bilan carbone, n’est-ce pas ? Une tablette de 70 grammes émettrait 111 grammes de Gaz à Effet de Serre. Et pour finir, la culture du chocolat est également responsable de la déforestation et de l’appauvrissement des sols.

Enfin, troisième produit phare de Noël, la fameuse dinde. Parmi les 4 millions de dindes élevées pour être consommées au mois de décembre, près de 97 % n’ont jamais vu la lumière du jour. Dans les élevages intensifs, on compte en moyenne 8 dindes par mètre carré. Blessées, déplumées, infectées, élevées dans des conditions insalubres, les dindes vivent entre 90 à 130 jours.

Le constat du repas de Noël traditionnel est plutôt accablant d’un point de vue environnemental et éthique. Mais ne vous affolez pas, nous pouvons sans souci passer des fêtes de Noël responsables, qui ne portent pas atteintes à notre planète ni autrui !

Découvrez notre menu de fêtes, 100% écoresponsable

Vous vous en doutez sûrement, mais ce menu va tout de même être centré principalement sur le végétal. Voici donc le menu que nous allons faire à Noël :

communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.1
Photo : Cayla

Apéritif

Crème de Laguiole au pistou de roquette, gros champignon farcis carottes, oignons et échalottes, crumble de betteraves rosés et vertes Accord kir blanquette de Limoux

Entrée

Velouté de butternut et châtaignes  – Accord Gaillac doux

Plat

Lieu jaune accompagné de navets glacés, pommes et oignons aux verjus – Accord Coteaux du Languedoc

Plateau de fromages accompagné de cresson – Accords Jurançon, Graves

Dessert

Bûche aux poires – Accord Monbazillac ou Sauternes

Voici donc un menu alléchant n’est-ce pas ? La première chose que nous vous invitons à faire est de bien réfléchir aux quantités de chaque recette par rapport au nombre d’invités. Cela permettra d’éviter le gaspillage alimentaire.

En ce qui concerne les courses, privilégiez le vrac et le bio. Nous avons bien évidemment proposé un menu avec des produits de saison et locaux (nous habitons dans le Sud-Ouest).

Aucun plat à la viande n’est prévu. L’impact écologique de la viande est trop important et celui-ci explose pendant les fêtes. Nous avons privilégié un menu à tendance végétarienne avec un plat est à base de poisson, pour celles et ceux un peu plus retissants au végétarisme.

Mais ce n’est pas n’importe quel poisson ! Il sera de saison. Comme pour les fruits et légumes, les poissons ont leur période de maturité en fonction des saisons. Les ressources halieutiques (relatives à la pêche) sont menacées et manger du poisson n’est plus un acte anodin. Plusieurs indicateurs sont à prendre en compte lorsque vous achetez du poisson :

  • Le nom de l’espèce : certains poissons peuvent être consommés sans problème tandis que d’autres sont à éviter du fait de leur appauvrissement ;
  • La zone de capture ou d’élevage : l’origine est obligatoire sur l’emballage. Questionnez votre poissonnier si vous consommez en vrac. L’origine est nécessaire pour connaître l’état des stocks ;
  • Les techniques de pêches : préférez les poissons issus de méthodes de pêches les plus durables possibles, sélectives et peu destructrices comme la pêche à la ligne ou la pêche au casier. Pour se faire, référez-vous toujours à l’étiquette où les méthodes de pêches y sont généralement inscrites (PED, PEC et ELE : pêché en eau douce, pêché en mer et élevé) ;
  • Les labels : bio, ASC, MSC, etc ;
  • La diversité : en diversifiant les poissons que vous consommez, vous évitez la pression sur une seule et même espèce.
  • Achetez entier pour valoriser toutes les parties du poisson.
communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.3
Photo : Jez Timms
communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.4
Photo : Jakub Kapusnak

Pour le fromage, c’est pareil ! On oublie souvent leur saisonnalité. Pour fabriquer un fromage, il n’a échappé à personne qu’il fallait du lait. Afin d’avoir du lait, un petit doit naître. Or, à l’inverse des vaches, les chèvres et brebis ont des périodes de lactation bien précises dans leurs conditions naturelles : ce sont des animaux « saisonnés » dont le cycle des chaleurs détermine les mois de production.

Ainsi, voici les fromages à valoriser en hiver, au mois de décembre, que vous pourrez présenter sur votre plateau : Laguiole, Salers, Tomes, Bleus, Roquefort, Mont-d’or, Comté ou Beaufort.

Pour le dessert, nous vous invitons à réinventer la classique bûche de Noël. Optez pour des fruits de saison plutôt que des bûches au chocolat ou aux fruits exotiques. Si vous n’avez pas le temps ou l’envie de cuisiner, vous pouvez toujours passer commande chez un pâtissier. Observez là aussi la carte pour acheter une bûche aux fruits de saison.

Enfin, en cuisinant, nous vous invitons à faire le moins de déchets organiques possibles. N’épluchez pas les carottes, conservez les pétoncles de champignons pour la farce, les arrêtes du poisson pour faire un fumé, cuisez le butternut à la vapeur pour conserver la peau, … Et pour tous les autres déchets organiques qui ne sont pas consommables, pensez à les mettre au compost 😉

Pour aller plus loin : les boissons, la vaisselle et la décoration de table

Les boissons

Tout comme les ingrédients du menu, pour les boissons nous vous invitons à favoriser le local ! Pour les jus de fruits des enfants ou des personnes ne buvant pas d’alcool, achetez des jus locaux et de saison : pommes, poires, kiwis pour exemple.

Pareil pour les vins. Etant dans le Sud-Ouest, vous remarquerez que nous avons privilégié des vins locaux. En entrée et dessert, remplacez le traditionnel champagne si vous n’êtes pas de la région. Il existe beaucoup de vins effervescent tels que les blanquettes, les crémants, les clairettes. Pour notre menu, nous avons opté pour la blanquette de Limoux, un vin mousseux produit sur les coteaux de Carcassonne. Suivant votre localité, vous arriverez sans bien mal à trouver un vin effervescent proche de chez vous. Pour le reste du menu, faites les mêmes choix en fonction de votre localité. La France est un terroir qui compte assez de vins pour combler chacun tout en restant locavore. Privilégiez les vins bios, naturels ou produits en biodynamie pour éviter les pesticides.

communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.5
Photo : Mathilde Bouterre
communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.6
Photo : Todd Trapani

La vaisselle

Vous avez un grand nombre d’invités et n’avez pas assez de vaisselle pour tout le monde ? Eviter la vaisselle jetable ou la vaisselle neuve. Plusieurs options se présentent à vous ! Vous pouvez demander à vos invités d’apporter quelques couverts ou assiettes. Ou bien encore la louer !

Plusieurs petites entreprises se sont mises dans la location de vaisselle, c’est le cas de Mameez à Toulouse qui loue de la vaisselle ancienne. Un joli projet mené par deux jeunes entrepreneures qui dénichent de beaux objets chargés d’histoire et chinés au fil du temps. Cette belle vaisselle suscitera l’émerveillement durant votre dîner de fêtes !

Côté serviette, évitez le jetable également. Proposez d’élégantes serviettes lavables en tissu, que vous pourrez réutiliser d’année en année. Et puis, ce type de serviette a tellement plus de charme qu’un bout de papier qui finira à la poubelle. Tout comme pour la vaisselle, si vous n’en avez pas suffisamment chez vous, évitez le neuf. Louez ou bien achetez d’occasion.

Enfin, pour l’apéritif, toujours dans la même optique, bannissez le plastique (verrines, cuillères) et les objets à usage unique. Choisissez du verre ou bien encore des pics en inox que vous pourrez réutiliser maintes et maintes fois.

La décoration de la table

Passons à la déco de table ! Toujours dans une logique de juste nécessaire et afin d’éviter d’augmenter votre bilan carbone, nous vous invitons à opter pour une décoration de table sobre et minimaliste. Évitez les paillettes et les confettis, ces micros-plastiques ont un impact environnemental très lourd.

Partez plutôt sur une décoration de Noël naturelle et bucolique. Pommes de pins, petites branches et autres fleurs orneront joliment votre table et finiront au composteur.

Fabriquez vous-mêmes vos décorations pour la table en faisant de la récup’. Voici quelques idées qui pourront bien vous inspirer :

https://www.greenmoods.com/decodenoel-diy

Et si jamais vous ne souhaitez pas fabriquer vous-même, il existe aussi de nombreuses petites entreprises qui peuvent se charger de votre décoration. À Toulouse par exemple, les fleuristes l’Instant Bucolique et Le jardin de Lucette peuvent s’occuper de décorer votre jolie table.

communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.8
Photo : Kira auf der Heide
communication culinaire - article menu noël écoresponsable - 36.7
Photo : Giulia Bertelli

Et que fait-on des restes du repas ?

Le repas de Noël est souvent synonyme de gaspillage alimentaire. En limitant les quantités et en calculant bien dès le départ vos recettes, vous éviterez déjà une grosse part de gâchis.

N’achetez pas trop de pain, pas trop de bouteilles de vins, etc. Là aussi évaluez les quantités par rapport aux nombres de convives.

Avec vos restes, vous pouvez faire de nouvelles recettes ! Soyez inventifs et n’ayez pas peur de recuisiner.

Enfin, vous pouvez préparer des doggy bags pour vos invités. Ils seront très heureux d’emporter un petit bout de ce repas avec eux.

Noël peut donc bien rimer avec écoresponsabilité. Nous ne sommes pas obligés de faire de ce moment convivial et chaleureux, un moment d’excès et de surconsommation. Pensez à bien prévenir vos invités de votre démarche, afin de leur insuffler vos valeurs et pourquoi pas faire évoluer leurs pratiques. Ne faites jamais la leçon, soyez bienveillants et pédagogiques.

Toute l’équipe de Food & Com vous souhaitent de joyeuses fêtes,

Rêvez, vivez et aimez.

Sources :

En voir plus :

—— Food & Com, agence gourmande et engagée  ——